Vainqueur-Coupe Hippocampe2018

Coupe de l’hippocampe 2018: Victoire du Smeralda888 BOTTA DRITTA

Une météo royale pour la 13ème édition de la Coupe de l’hippocampe à Saint-Tropez

Après neuf courses dont sept comptabilisées, BOTTA DRITTA de Francesco Vauban est le vainqueur de la 13ème coupe de l’hippocampe suivi de VAMOS MI AMOR de Charles de Bourbon des deux Sicile et de BEDA de Timofey Sukhotin ! La remise des prix ce dimanche 22 avril a récompensé les vainqueurs en présence de Jeanine Serra et d’Andrée Anselmi représentant la Ville de Saint-Tropez, du nouveau Président de la SNST, Tony Oller, du comité de course présidé par Jean-Pierre Epoudry avec Mireille Epoudry et Michèle Urando. Une véritable compétition en mer avec de belles batailles entre les navigateurs de haut niveau et une ambiance festive à terre. Ce fut un week-end parfait avec des conditions de rêve : un beau soleil, des températures estivales, une mer plate et un bon petit vent surtout lors du dernier jour ! Sans oublier l’accueil hors pair du Club et du Prince Charles de Bourbon qui a reçu tous les participants chez lui au Château Saint-Tropez pour une belle soirée. Les concurrents se retrouveront lors de la prochaine régate en Smeralda888 à Cannes du 18 au 20 mai 2018. A noter également, la belle remontée de l’équipage tropézien lors du dernier jour sur le Smeralda MON1 prêté par le YC de Monaco avec à bord Jacques Bureau et Adrien de Belloy. Nul doute que la revanche est prise pour l’année prochaine en avril 2019 ! Pour la Société Nautique de Saint-Tropez, prochain rendez-vous, Les Dames de Saint-Tropez les 5 et 6 mai 2018. Un très beau rendez-vous alliant le charme et l’élégance avec la présence de nombreuses navigatrices à bord des plus beaux voiliers de tradition.

 

BOTTA DRITTA : La relève du petit fils ! BOTTA DRITTA-1er-Coupe-Hippocampe2018

Le voilier Smeralda888 BOTTA DRITTA est un fidèle de la course depuis la première édition en 2006. Le propriétaire Adalberto Miani a d’ailleurs remporté plusieurs éditions. Cette année, c’est son petit-fils, Francesco Vauban qui remporte l’épreuve « Mon grand-père n’a confié le bateau qu’à moi (je reprends le flambeau)… C’était un week-end super avec des conditions incroyables et une belle soirée avec Charles le samedi soir. Le comité de course a été très bon car le vent était très variable et ils ont réussi à lancer un maximum de courses. C’était très serré entre les quatre premiers jusqu’à la fin ! Tactiquement, la bataille n’est pas facile surtout dans ces conditions changeantes mais nous avons réussi à nous imposer et c’est une belle victoire. A bord avec nous, il y avait Francesco Orlando qui a été champion du monde en 420 en 2015… »
Ils étaient là : Charles de Bourbon des deux Siciles (Vamos Mi Amor), Président de la Classe, propriétaire du Wally GENIE OF THE LAMP Francois Brenac, professionnel plusieurs victoire tous supports (sur Beda) Juan Casalone, Vice-Champion de France Espoir Laser 2015 (sur Black Star)

Stephane Christidis, Sportif de haut niveau en 49er (voile) et olympique (sur Vamos Mi Amor).

Orlando Francesco, Champion du Monde 420 (sur Botta Dritta) Etc..

Classement à voir sur le site de la SNST: http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/snst/wp-content/uploads/generalsmeralda2018.pdf

 

 

afficheDame2018WEB1

Les Dames de Saint-Tropez embarquent les 5 et 6 mai

Dames de Saint-Tropez : 8ème édition du 4 au 6 mai 2018 à Saint-Tropez

Régate au féminin sur les plus beaux voiliers de Tradition

8ème édition pour les Dames de Saint-Tropez, une manifestation très prisée où les navigatrices prennent la barre des plus beaux voiliers de Tradition.   Limitée à vingt unités pour conserver l’aspect convivial, intimiste et sportif, cette épreuve rassemble une flotte de prestige avec des équipières internationales. Cette année, du 4 au 6 mai 2018, nous devrions retrouver sur le plan d’eau tropézien les plus fidèles de l’épreuve tels que le magnifique plan Fife MOONBEAM III de 1903 qui n’a jamais manqué une édition comme l’ex voilier de JFK, MANITOU de 1937 (vainqueur en 2013), le joli cotre aurique DJINN de 1934 (vainqueur en 2013 dans son groupe) et LULU de 1897, vainqueur 2017 (Coup de cœur du Jury car face au mistral, il n’y a pas eu de course). Cette année, des nouveaux venus tels que les voiliers ALCYON 1871, ALGUE de 1948, PANDORA de 1907 seront également sur la ligne de départ ! Sous le contrôle d’un Comité de course essentiellement féminin mené par Michelle Urando, les courses se dérouleront dans le Golfe de Saint-Tropez les 5 et 6 mai. A terre, les spectateurs pourront admirer les voiliers et leurs drôles de dames devant la Statue du Bailli de Suffren. Un programme festif réunira les participantes dans une ambiance conviviale avant la remise des prix dimanche 6 mai. Un rendez-vous plein de charme et d’élégance à ne pas manquer !

 

De l’histoire et des femmes

Ouverte aux voiliers classiques, l’épreuve réunit des vieux gréements centenaires pour certains.

Du côté des plus grands voiliers classiques, on retrouvera donc MANITOU de 1937, MOONBEAM III de 1903, SKYLARK de 1937, des nouveaux comme HILARIA, un yawl bermudien de 1966 et un 9mR PANDORA de 1907. Chez les plus petits, première édition pour le très joli sloop Houari ALCYON de 1871, ALGUE de 1948, ARCADIA de 1969, BRISEIS de 1931. Le charmant cotre LULU de 1897, le doyen de la flotte sera confronté à CERF VOLANT de 1975, AIGUE BLU de 1974, ST CHRISTOPHER DE 1968 et RATAFIA de 1962. Sans oublier les fidèles et redoutables voiliers DJINN, le cotre aurique de 1934, MARIA GIOVANNA de 1969 (vainqueur en 2016 dans sa classe). A noter la première participation des voiliers

 

Un oiseau dans la flotte

Cette année, en lice, le voilier ALCYON 1871 (qui dans la mythologie est un Oiseau de mer fabuleux, au chant plaintif, (souvent identifié avec le martin-pêcheur, la mouette, le pétrel, le goéland, le cygne), considéré par les Grecs comme un signe d’heureux présage, parce qu’il ne construisait son nid, selon la légende, que sur une mer calme). Il s’agit là d’une réplique à l’identique du Racer qui a gagné la première régate organisée par Marseille en 1887, Alcyon a pour caractéristique de faire 9,30 au pont, 8m à la flottaison, 21 m du bout du beaupré au bout de la bôme, pour une surface de voile de 150 m. Alcyon 1871 est en quelque sorte une pièce d’archéologie vivante, un passeur d’histoire qui explique peu à peu comment naviguaient nos anciens pendant la deuxième moitié du 19°siècle (sans winches avec des palans), avant les « fine keel » et détrônés par la jauge internationale.

La propriétaire Edith Frilet n’est pas peu fière quand elle parle de son voilier. Avec cette épreuve féminine, elle en profite pour nous faire partager deux photos, archives privées famille Rocca, sur lesquelles on voit son arrière-grand-mère Isabelle Rocca-de Roux à bord et à la barre d’Alcyon. « Les méchantes langues disent qu’on y voit une main «accompagnante » sur la barre… . A bord, il y aura des bonnes copines mais de bonnes équipières ! »

 

ALGUE, jeune septuagénaire  

Conçu en teck en 1948 par un jeune Suédois, Olle Enderlein pour un docteur français, le cotre Bermudien Algue est quasiment resté à l’identique. Après avoir été un bateau de croisière familiale pendant de nombreuses années, il revient sur la scène des régates (du circuit des régates classiques) et fête cette année son 70e anniversaire après une restauration cet hiver à Cannes. A bord une équipe anglophone dont Alex Tilleray (propriétaire / skipper) et Alice Ardis à la barre qui ont déjà participé au Dames de Saint-Tropez ces dix dernières années et remporté l’épreuve sur MANITOU. Six femmes habituées des compétitions sur des bateaux modernes au Royaume-Uni et dans les Caraïbes les rejoindront à bord pour cette régate mais il s’agira de leur première expérience sur un yacht classique. Un bon challenge pour ces drôles de dames qui allieront sportivité et festivité lors de la manifestation! « Attention à nos célébrations lors de la ligne d’arrivée ! Ensuite, nous nous retrouverons autour d’un verre à Saint-Tropez quel que soit le résultat».

 

 

Programme prévisionnel :

Vendredi 4 Mai

9h00 à 18h00 Confirmation des inscriptions

19h : pot de bienvenue

 

Samedi 5 Mai

12h00 : Mise à disposition sur la zone de départ

20h00 : Soirée des Equipages

 

Dimanche 6 Mai

11h00 : Mise à disposition sur la zone de départ

17h00: Remise des Prix

Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/DamesdeSaintTropez/

 

Coupe de l'hippocampe2018

Le RDV de la Coupe de l’hippocampe!

La Coupe de l’Hippocampe (13ème édition): 20-22 avril 2018

Créée en 2006, cette épreuve à Saint-Tropez est réservée, sur invitation, aux voiliers «Smeralda 888 » (voiliers de 9m environ) basés à Monaco. La participation de grands compétiteurs de voile, fait que les régates ne manquent pas de piment et se déroulent sur trois jours dans le Golfe de Saint-Tropez du 20 au 22 avril 2018. Parmi les habitués, le fameux voilier Vamos mi amor de Charles de Bourbon, Président de la Classe des Smeralda888 et vainqueur de la Coupe de l’hippocampe en 2017 mais également le voilier Beda de Timofey Sukhotin, victorieux ces deux dernières années du championnat de la classe et en tête du classement provisoire 2018 ! On devrait notamment retrouver en lice les équipages des Smeralda888, Black Star de Paolo Rotelli, Gryphon de Peter Grut, Botta Dritta d’Adalberto Miani, etc.et un équipage Tropézien mené par Adrien de Belloy sur un voilier prêté par le Yacht Club de Monaco. 2018 promet d’être encore une année bien disputée avec des épreuves de haut niveau qui seront disputés sur les plan d’eau de Monaco, Cannes, Porto Cervo, Saint-Tropez.

Le charme opère pour le Smeralda 888

À bord de ce voilier « racé » de 8.88 m x 2.50m, quatre à cinq équipiers sont nécessaires. Ce monotype dessiné par le célèbre architecte naval German Frers et construit par le chantier Galetti en Italie, est né pour dynamiser l’aspect sportif du Yacht Club Costa Smeralda dans les années 95. Depuis une vingtaine d’année, la série connait un renouveau sous l’impulsion du Yacht Club de Monaco. Aujourd’hui la flotte est composée d’une quinzaine d’unités. A l’image de propriétaires de plus grosses unités comme le Prince Charles de Bourbon des deux Siciles, Adalberto Miani, Achile Onorato…des armateurs sont tombés sous le charme de ce voilier élégant, sportif qui permet de naviguer avec un équipage réduit, de se mesurer également entre même bateaux pendant les régates.

 

PROGRAMME

Jeudi 19 Avril :           

9h00 -18h00 : Ouverture des inscriptions, mise à l’eau.

Vendredi 20 Avril :    

9h00 : Confirmation des inscriptions  et remise des documents à la Société Nautique de Saint-Tropez

11h00 : Briefing obligatoire à la Société Nautique de Saint-Tropez

13h00 : Premier signal d’avertissement : parcours banane, course en flotte

20h00 : Soirée Coupe de l’Hippocampe

Samedi 21 Avril :       

11h00 : Premier signal d’avertissement : parcours banane, course en flotte

Dimanche 22 Avril :

11h00 : Premier signal d’avertissement : parcours banane, course en flotte

Après la course : mise à terre des bateaux

16h : Remise des Prix à la Société Nautique de Saint-Tropez

 

 Informations : 04 94 97 30 54 ou info@snst.org

Communication SNST : chloe.debrouwer@snst.org

 

 

 

Andre Beaufils a l honneur-001

André Beaufils à l’honneur

André Beaufils chaleureusement applaudi lors du Festival Armen

Après trente-cinq ans au sein de l’organisation des régates et dix-huit années de présidence au sein de la Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils ne s’est pas représenté au conseil d’administration. Il laisse donc la place au nouveau Président, Tony Oller, un tropézien impliqué dans la vie maritime de la cité.

A la fin de la remise des prix, ce dernier a rendu un émouvant hommage : « au nom des seize membres du conseil d’administration, des quelques six-cent membres de la SNST, des participants aux régates, etc., nous te remercions pour tout ce que tu as fait pour le Club pendant des années. Et même si ce n’est pas fini car tu participes encore notamment en tant qu’équipier lors des régates, nous avons tenu à t’offrir ce voilier en marbre réalisé par Cécile de Kock. Il s’agit d’une magnifique sculpture gravé au nom du Past Président avec ses années de présidence. André Beaufils, très ému, a affirmé qu’il avait été ravi de participé au Festival Armen du début à la fin en participant même à l’épreuve de ski sur un slalom ! Il ne quitte pas pour autant le navire et aidera au mieux Tony Oller à reprendre le flambeau…

Vainqueur Trophees et prix-001

DIONE de la SNST remporte le Trophée ARMEN 2018

DIONE de Joël Seckler et Alex Brion remporte le Trophée Armen à Saint-Tropez

A 40 ans, le Festival ARMEN qui allie la voile, l’art et le ski n’a pas pris une ride avec une organisation en mer hors pair et une belle ambiance à terre notamment lors des festivités au Club house de Saint-Tropez ! La 41ème édition du Festival ARMEN s’est clôturée dimanche 25 mars 2018 au Club house de la Société Nautique de Saint-Tropez. Répartis en deux groupes HN, trois groupes IRC et un groupe CIM, près de soixante voiliers (plus de 350 équipiers) ont participé aux deux week-ends de régate, une quarantaine de personnes ont effectué l’épreuve de ski sous le beau soleil d’Isola 2000 sur un slalom et vingt et un concurrents ont réalisé une œuvre d’art sur le thème cette année de « la boite à idée ». Cette année, en dehors de la journée de ski, les conditions météo n’ont pas été souples avec les marins causant quelques abandons, des dégâts matériels, quelques blessés. Sous l’œil attentif de Jean-André Cherbonel du jury et de Georges Korhel, le comité de course dirigé par Michèle Urando, les concurrents ont bénéficié d’un bon mistral et des rafales de plus de 25 nœuds lors de la première course de Saint-Tropez à Cavalaire. Le lendemain, pour le retour de Cavalaire, inversement, le petit temps et la fraicheur ont ralenti la cadence. Le second week-end a offert un bon vent de Sud-est à Nord Est de 20 à 25 nœuds samedi avec des grains et un climat un peu plus stable le dernier jour de régate.

Lors de la remise des prix, en présence du Maire de Saint-Tropez, Jean-Pierre Tuveri, de l’artiste Cécile de Kock, le président de la Société Nautique de Saint-Tropez, Tony Oller a tenu à remercier en premier les participants toujours aussi nombreux mais également l’organisation, les bénévoles en mer et à terre, les municipalités de Saint-Tropez, Cavalaire ainsi que la station d’Isola 2000 et l’agence De Colombe Immobilier qui offre un séjour pour quatre personnes sur la station du Mercantour et le chantier SMN. La Présidente du Comité de Course, Michèle Urando, a ensuite énoncé les résultats :

DIONE, le grand vainqueur 2018 !

Au final, après quatre courses effectuées, c’est l’équipage de Joël Seckler et Alexandre Brion sur DIONE de Saint-Tropez qui remporte le Trophée Armen (combiné Art-Ski-Voile), le Challenge Hermann (Ski-Voile) et obtient le coup de cœur du Jury pour l’épreuve d’art devant l’équipe de Pascale Ligier sur STELLE. Pour la seconde année consécutive, l’équipe d’Éric Bompard sur BOULINOU d’ Antibes remporte le challenge René Perrier (Art-Voile) en se positionnant premier à l’épreuve d’art prix de l’originalité artistique.

Le voilier LADY SAND de Jean-Claude Cournand de Saint-Raphaël finit premier au classement Voile toutes classes confondues.

Pour les groupes ; en HNA après 4 courses et 3 retenues, c’est LADY SAND (JC Cournand) qui l’emporte devant les voiliers GABICHE (S Gabelli) et TENDANCES 3 (V de Smedt). En HNB, après 5 courses et 4 retenues, l’équipage de NUTELLA (M Laout) l’emporte devant BOULINOU (E Bompard) et CACHOU (G Curnillon). Du côté des voiliers de tradition jaugés CIM,après 4 course et 3 retenues, OJALA II de Susan Carol Holland finit en tête devant ARCADIA et DJINN.

En IRC 1 et 2, après 6 courses et 5 retenues, MAD 4 de Clive Llewellyn du YCF et de la SNST l’emporte devant MAGICIAN de Jacques Bureau de la SNST et BERNINA X de Marc Verdet de l’UDP et la SNST.

En IRC 3, GIOGIO X de Philippe Mariani de l’IYC Hyères termine premier devant TCHIN TCHIN de Jean-Claude Bertrand du CN La Napoule et MIDI VOILE de Michel Delsemme de la SNST. En IRC4, c’est le redoutable EXPRESSO 2 de Guy Claeys de la SNST qui l’emporte devant MACAYA de Marc Pons et de KOLLE CARRINDUS de Bernard Kolle de l’AMSL Fréjus.

Prochaine épreuve pour la Société Nautique de Saint-Tropez, « la Coupe de l’hippocampe » du 20 au 22 avril, une course avec les voiliers « Smeralda 888 » du Yacht Club de Monaco. S’en suivra la très belle et très attendue manifestation « Les Dames de Saint-Tropez » avec les équipages féminins à bord des plus beaux voiliers de Tradition !

Pour l’heure, plus de vingt voiliers sont d’ores et déjà inscrits. On y reviendra !

Le classement général provisoire sur le site de la Société Nautique

http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/snst/evenements/le-festival-armen/#tab-id-1

DIONE-001 Groupe CIM-001 Groupe HNA-001 Groupe HNB-001 IRC 1&2-001 IRC 3-001 IRC 4-001

AfficheARMEN-2

Le Festival ARMEN : 40 ans et pas une ride !

Organisé depuis 1978 par la Société Nautique de Saint-Tropez et avec le soutien de la Ville de Saint-Tropez, le Festival ARMEN qui allie l’ARt, la MEr et la Neige (d’où le nom ARMEN) soufflera ses 40 bougies.

Ouverte aux monocoques et monotypes jaugés HN ou IRC ainsi qu’aux voiliers de Tradition, cette manifestation propose deux week-ends de régate, une épreuve de ski à Isola 2000, une exposition d’art avec un concours d’art pour les marins participants.

Organisée par Cécile de Kock depuis de nombreuses années, une exposition d’art aura lieu au Lavoir Vasserot du 16 au 25 mars 2018. Elle rassemblera plusieurs artistes parmi l’association « les peintres et sculpteurs de Saint-Tropez ». Épreuve incontournable en Méditerranée, le Festival ARMEN fait notamment partie des épreuves comptabilisées pour le championnat IRC de Méditerranée établit par l’Union pour la Course au Large (UNCL). Entre soixante et quatre-vingt voiliers participent aux régates, deux équipiers par bateau défendront leur place au ski lors d’un slalom à Isola 2000 et un des équipiers réalisera une œuvre d’art dont le thème cette année sera « la boite à idées ». Les œuvres des concurrents seront exposées au Club. Une œuvre originale qui allie l’art à l’utile puisque la boîte gagnante sera installée au Club-house de la SNST.

Début des compétitions de voile, le samedi 17 mars avec un aller-retour Saint-Tropez-Cavalaire.

Programme prévisionnel :

Jusqu’au Vendredi 17 Mars :

Confirmation des inscriptions

Réception des œuvres au Club House de la SNST

Samedi 17 Mars

12h00 : mise à disposition au bateau comité devant Saint-Tropez pour un parcours Saint-Tropez – Cavalaire

19h00 : classement et réception à Cavalaire (même si annulation régate).

Dimanche 18 Mars

11h00 : mise à disposition au bateau comité à Cavalaire :

Parcours Cavalaire –Saint-Tropez

18h00 : classement et convivialité

Vendredi 23 Mars :

Epreuve de ski à Isola 2000

Samedi 24 mars

12h00 : mise à disposition au bateau comité- 3 courses au maximum

Soirée des Equipages

Dimanche 25 mars (attention! Marathon route du golfe fermée le matin)

13h30 : mise à disposition au bateau comité- Parcours côtier

18h00 : remise des Prix

 

 

Au-large-Saint-TropezVAINQUEURS-2018

Clap de fin pour une belle course de marin

Comme l’affirmait le vainqueur en solitaire de la 9ème édition de la course Au Large de Saint-Tropez, Eric Merlier « c’est une course qui se mérite ! » et comme le disait Pascal Muller, 1er chez les duos « c’est une course de guerrier » !  Avec au programme, beaucoup de houle générée par les différentes tempêtes de la veille, de la pluie, du froid et pas mal de vent, les abandons se sont enchainés. Sur dix-huit voiliers inscrits, seuls quatre solos, deux duos et un équipage ont réussi à boucler leur parcours, une satisfaction d’autant plus grande pour les vainqueurs qui n’ont rien lâché! Après l’arrivée du voilier Patitifa de Pierre Ortolan, « survivant » du groupe en équipage qui terminait le parcours de 900 milles en méditerranée, l’épreuve s’est achevée sur une note de revanche à prendre en 2019 ! Lors de la remise des prix, dimanche 11 mars, en présence de Frank Boumendil, adjoint aux affaires maritimes et portuaires de la Ville, Philippe Enel, le Président du Comité de Course, Jean André Cherbonel, le jury, le nouveau Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, Tony Oller, a tenu à remercier tous les participants ainsi que l’organisation, les bénévoles et le comité de course dont le suivi pendant la course et l’accueil en mer et à terre à toute heure du jour et de la nuit ont été très appréciés ! Face aux nombreux abandons, le directeur de course, Georges Korhel, a rappelé l’importance de la condition physique et la préparation du bateau dans une telle épreuve. C’est aussi pour cela que la date de la course sera remise à fin mars. Chez les solos, Eric Merlier sur Télémaque 2 l’emporte de justesse devant Richard Delpeut sur Walili suivi de Franck Paillet sur Hokua et de Laurent Favreau sur Epsilon – CNMT. Chez les duos, Firsty 4 avec Pascal Muller et Christophe Barrue l’emporte devant Marcher sur l’eau avec Jean-François Faou et Benoit David. L’équipe de Pierre Ortolan sur le X412 Patitifa est le grand vainqueur du groupe en équipage ! Tous les marins ont d’ores et déjà réservé la date pour le départ de la 10ème course Au large de Saint-Tropez, le 23 mars 2019 avec une nouveauté, un parcours un peu réduit pour les équipages…

 

Ils ont dit :

Pierre Ortolan, PATITIFA, premier en équipage (900 milles)

7ème édition pour Pierre Ortolan qui était très fier de son équipage composée également d’un fidèle de la course, Christian Deschepper (9ème édition) qui n’a pas pu faire la course sur son voilier Peips cette année.

« C’est une course passionnante malgré le manque de concurrent cette année à mi-course. Les conditions étaient dures aussi bien dans le registre du vent que de la mer. Vent fort et calme et mer houleuse. Il y a eu une excellente entente dans l’équipage et l’organisation a fonctionné parfaitement. Chacun a respecté ce qu’il fallait ! A l’arrivée, il y avait une euphorie avec l’accueil ! Nous n’étions pas nombreux mais il y avait une chaleur humaine formidable ! J’espère encore revenir l’année prochaine !! »

Georges Korhel, Directeur de course

« Les années se suivent mais ne se ressemblent pas ! Les « doubles » et les « solo » ont effectué le parcours Saint-Tropez – Cap Corse – Ile d’Elbe – Ile de Giglio – Cap Corse et retour (400N) et les équipages le parcours de 900 milles Saint-Tropez – Cap Corse – Ile de Ponza – Sud Sardaigne et retour Saint-Tropez. La première nuit, le fort reste de vent de Sud/Ouest et la grosse houle ont été fatales à plusieurs concurrents occasionnant de nombreux abandons. Le reste de la course a été partagé entre quelques calmes, des coups de vent et beaucoup de pluie sur tout le parcours. C’est peut-être dû au fait que la régate s’est déroulée plus tôt dans la saison. Les prévisions météo, bonnes en général pour la direction du vent ont très souvent été en dessous des conditions rencontrées par les concurrents.

Des vacations téléphoniques régulières ont permis de connaitre l’état de la mer, de l’équipage, du bateau et les conditions météo sur zone.

La condition physique et la préparation du bateau ont été primordiales dans cette épreuve. Quelques problèmes de pilote automatique et de mal au cœur pour cette première grande régate de la saison ont eu raison de nombre de compétiteur.

Lors de la remise des prix, chacun pensait déjà à l’an prochain avec un petit changement de la longueur du parcours de 900 à 800 Nautiques, pour les équipages, afin de permettre aux bateaux les moins rapides de rallier Saint-Tropez avant la fermeture de la ligne d’arrivée.

L’an prochain le départ de la régate aura lieu le 23 mars, période qui nous l’espérons devrait être plus clémente pour les concurrents. »

 

Reprise du communiqué 6

Pascal Muller sur FIRSTY 4 (en double avec Christophe Barrue) : 1er équipage en double en temps réel et compensé.

« C’est plus une course de guerrier que de la détente. J’ai eu très peur surtout la 1ère nuit. C’était très difficile avec une météo exécrable, toujours de la houle et des nuits très froides mais c’est une expérience humainement très enrichissante ! C’est une grosse introspection car on a le temps de réfléchir ! Avec Christophe Barrue qui était à fond pour remporter l’épreuve, j’ai beaucoup appris et comme il ne restait que 2 bateaux en double, ça ressemblait à un duel… Nous avons eu 17 à 25 nœuds de vent en moyenne avec les ¾ de la course sous spi, toujours avec une mer clapoteuse et démontée. Cette année c’était extrême ! Les mauvaises conditions avant la course n’ont pas permis de préparer correctement le bateau…le ratio plaisir / temps, préparation, coût…est dur mais c’est une belle expérience que je referai pour ne pas rester sur celle-ci et avoir de meilleures conditions ! Merci à l’organisation de la SNST au top avec un super accueil même par l’équipe de la SNST à 2h du matin sous la pluie en mer, c’était inespéré et très réconfortant !!! « 

Eric Merlier sur TELEMAQUE : 1er solitaire en temps réel et en temps compensé « Nous (les solitaires) étions toujours en contact pas toujours avec les mêmes mais toujours avec les bateaux en vue pendant les 400 milles. La première nuit, les conditions étaient très difficiles sous spi mais il y avait une belle luminosité et on voyait les dauphins qui nous accompagnaient. La deuxième nuit, il y avait beaucoup de pluie mais la mer était moins formée. La troisième nuit, il y a eu un gros vent très puissant, c’était tendu avec Richard Delpeut (Walili) on était toujours en contact et on a rien lâché. Il y a moins de 10 minutes qui nous distance à la fin ! Toute la nuit, on a bataillé mètres par mètre et il fallait anticiper car nous n’avons pas le même rating ! Il fallait être à 100% depuis le cap Corse jusqu’à Saint-Tropez. Pendant la course, pour me reposer, je mets le chrono de 20 minutes mais en vérité, on ne sait plus parfois quand on est éveillé et quand on dort… Les réflexes et habitudes prennent le dessus et quand on sent que le bateau ne nécessite pas de réglage, on en profite… C’est une super organisation, un club super sympa et c’est une course qui se mérite ! C’est dans ce genre de course qu’on remarque que la préparation du bateau et la capacité de gérer sa fatigue font beaucoup…

Classement Au Large de Saint-Tropez 2018: Classe SOLO

  • TELEMAQUE 2 – Eric Merlier du YC des Embiez (JKP10.10)
  • WALILI – Richard Delpeut de la SR d’Antibes (JPK960)
  • HOKUA – Franck Paillet du YC Londais (Sunfast 3200)
  • EPSILON-CNT- Laurent favreau du CN Marine Toulon (Sunfast 3200)

 

  1. Classe DUO :
  • FIRSTY 4 – Pascal Muller du YC du Rhône et Christophe Barrué du COYC Hyérois (Sunfast3600)
  • MARCHER SUR L’EAU- Jean-François Faou de l’UNCL et Benoit Davis de l’IYC de Hyères (Sunfast3200)

 

  1. Classe équipage :
  • PATITIFA – Pierre Ortolan du CNTL (X412) avec Jean-Louis Gueret, Nathalie Acker, Jean Dominique Visioli, Christian Deschepper.

 

Page Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/auLargedeStTropez/

 

 

 

TELEMAQUE-PhotoMarie-Jaquart

Au large de St-Tropez: arrivées pour les solos et duos

Partis de Saint-Tropez, le samedi 3 mars vers 13h, les premiers concurrents de la 9ème édition de la course au Large de Saint-Tropez sont arrivés très tôt ce mardi 6 mars 2018. En tête, le voilier en double FIRSTY 2 qui a franchi la ligne dans la nuit de lundi à mardi. Le propriétaire, Pascal Muller se pose enfin au chaud au Club autour d’un petit déjeuner…le temps de nous raconter cette folle aventure (sa première fois en double sur une course au large) ! « C’est plus une course de guerrier que de la détente. J’ai eu très peur surtout la 1ère nuit. C’était très difficile avec une météo exécrable, toujours de la houle et des nuits très froides mais c’est une expérience humainement très enrichissante ! C’est une grosse introspection car on a le temps de réfléchir ! Avec Christophe Barrue qui était à fond pour remporter l’épreuve, j’ai beaucoup appris et comme il ne restait que 2 bateaux en double, ça ressemblait à un duel.. Nous avons eu 17 à 25 nœuds de vent en moyenne avec les ¾ de la course sous spi, toujours avec une mer clapoteuse et démontée. Cette année c’était extrême ! Les mauvaises conditions avant la course n’ont pas permis de préparer correctement le bateau…le ratio plaisir / temps, préparation, coût…est dur mais c’est une belle expérience que je referai pour ne pas rester sur celle-ci et avoir de meilleures conditions ! Merci à l’organisation de la SNST au top avec un super accueil même par l’équipe de la SNST à 2h du matin sous la pluie en mer, c’était inespéré et très réconfortant !!! « 

 

TELEMAQUE : «Eric Merlier » : « Nous (les solitaires) étions toujours en contact pas toujours avec les mêmes mais toujours avec les bateaux en vue pendant les 400 milles. La première nuit, les conditions étaient très difficiles sous spi mais il y avait une belle luminosité et on voyait les dauphins qui nous accompagnaient. La deuxième nuit, il y avait beaucoup de pluie mais la mer était moins formée. La troisième nuit, il y a eu un gros vent très puissant, c’était tendu avec Richard Delpeut (Walili) on était toujours en contact et on a rien lâché. Il y a moins de 10 minutes qui nous distance à la fin ! Toute la nuit, on a bataillé mètres par mètre et il fallait anticiper car nous n’avons pas le même rating ! Il fallait être à 100% depuis le cap Corse jusqu’à Saint-Tropez. Pendant la course, pour me reposer, je mets le chrono de 20 minutes mais en vérité, on ne sait plus parfois quand on est éveillé et quand on dort… Les réflexes et habitudes prennent le dessus et quand on sent que le bateau ne nécessite pas de réglage, on en profite… C’est une super organisation, un club super sympa et c’est une course qui se mérite ! C’est dans ce genre de course qu’on remarque que la préparation du bateau et la capacité de gérer sa fatigue font beaucoup…

Obsession au passage Giraglia

Bon gré mal gré Au Large de Saint-Tropez

Après un bon départ samedi 3 mars 2018 pour les seize voiliers en lice de la course au Large de Saint-Tropez, la suite fut plus rude pour plusieurs concurrents qui ont dû abandonner. Sur le parcours des 900 nautiques, L’insolite et Star Du X ont stoppé leur course et le sélectionné de la Route du Rhum, Olivier Leroux, a dû abandonner suite à de gros problèmes de voile sur Art Immobilier Construction 2. Les équipages qui doivent encore effectuer encore 600 milles se livrent une bataille sans relâche entre le X402 Obsession et le X412 Patitifa. Du côté des solitaires, sur les huit concurrents, il en reste quatre et pour l’heure, Richard Delpeut sur Walili domine la course devant Eric Merlier sur Telemaque et Franck Paillet sur Hokua. Chez les duos, après l’abandon de 4D et Ansha, c’est Firsty 4 avec Pascal Muller et Christophe Barrue qui prennent provisoirement la tête du classement devant l’équipe de Marcher sur l’eau avec Jean-François Faou et Benoit David. Mais à ce stade, rien n’est encore joué, les solos et duos doivent encore se mesurer sur la dernière ligne, Nord Corse à Saint-Tropez avec les premiers arrivés prévus très tôt le mardi 6 mars. A suivre de près sur http://yb.tl/alst2018.

En double

Passage du premier “Firsty 4” (Sunfast3600) au cap corse vers 6h dimanche 4 mars. Il est en tête de la course et creuse l’écart sur son concurrent “Marcher sur l’eau” (Sunfast 3200) qui est plus petit mais il faudra voir en fonction des ratings et du temps compensé. Le premier vient de passer l’ile d’Elbe ce midi avec une avance d’environ 25/30 milles. Les 2 bateaux réalisent de belles performances. Ils ont fait une route plus au sud entre le continent et la corse avec un passage du cap corse en tête toutes catégories confondues (2h d’avance au cap corse sur les solo et 4-5h d’avance sur les équipages).

En solo

Passage du premier Walili (JPK960) au cap corse vers 8h dimanche 4 mars. Pas loin derrière les duos… Walili est en tête avec moins de 10 milles d’avance sur Telemaque (JPK 10.10) et dans un mouchoir de poche Hokua (Sunfast 3200) et Epsilon (Sunfast 3200). En dépit des quatre abandons sur cette flotte de huit bateaux (problème technique divers Pilote, batterie…), c’est une très belle performance pour les quatre concurrents en lice.

En équipage

Passage du premier “Obsession” (X402) au cap corse vers 11h ce matin suivi de près par Patitifa (X412) et Star du X (XP33) qui n’ont pas eu les mêmes conditions météo ce matin (le vent est tombé). Les équipages prennent maintenant une route plus au sud, direction Ponza. Abandons suite à un problème de voile pour Art Immobilier (RM 12.70). L’insolite (Pogo 10.50) et Star du X (XP33) ont été contraint d’abandonner également.

Abandons : 4 D (duo, Bôme cassée en convoyant le bateau à Saint-Tropez) ANSHA (duo, obligation de quitter Saint-Tropez avant le départ) JOLOKIA (équipage, problème technique de quille) ART IMMOBILIER CONSTRUCTION 2 (solo pour 900N, problème de voile) L’INSOLITE (problème avec un équipier) STAR DU X (problème avec un équipier) ART IMMOBILIER CONSTRUCTION 1 (Solo, difficultés matérielles sur son bateau) BOULINOU (Solo, problème de pilote automatique) ENEL GREEN POWER (Solo, Black-out de l’électronique avant le départ) GROUPE PIERMAN (solo, problème de pilote automatique)

departALDST2018

Le soleil ouvre la voie de la 9ème course Au Large de Saint-Tropez

Après une météo maussade et la tempête de vent d’Est, c’est sous un soleil radieux et une légère brise que la 9ème édition de la course hauturière a pris le départ vers midi ce samedi 3 mars 2018. La veille, le directeur de course, Georges Korhel avait dévoilé lors du briefing des équipages, le parcours pour les solitaires, doubles et les équipages. Pour les duos et solos qui doivent parcourir 400 nautiques, ils effectueront le parcours n°5 des instructions de course, soit un départ de Saint-Tropez, Cap Corse, l’île d’Elbe, l’île de Giglio et retour Saint-Tropez par le Cap Corse. Pour les équipages et le solo, Olivier Leroux, qui effectuent 900 nautiques, le comité a opté pour le parcours 4, Saint-Tropez- Nord Corse, île de Scoglio Rosso (Ponza), Sud Sardaigne et retour Saint-Tropez.
Comme toujours dans cette catégorie de course, il y a quelques abandons dus à des problèmes techniques. C’est le cas notamment de Pierre Varin (Groupe Pierman) qui, suite à une panne électronique, a dû renoncer juste avant le départ. Avec un problème de pilote automatique, l’Italien qui prépare aussi la Route du Rhum, Andrea Fantini (Enel Green Power) abandonne également. Actuellement quatorze voiliers restent en lice dont huit solitaires. Selon les prévisions, les premiers solos arriveraient dans la nuit de lundi à mardi…En attendant, la course peut être suivie en direct sur internet: http://yb.tl/alst2018…